Glossario



Trois Petites Liturgies de la Présence Divine

per coro femminile, pianoforte, onde Martenot e archi

Musica:
Olivier Messiaen
Testo: Olivier Messiaen
  1. Antienne de la Conversation intérieure (Dieu présent en nous...)
  2. Séquence du Verbe, Cantique divin (Dieu présent en lui-même...)
  3. Psalmodie de l'Ubiquité par Amour (Dieu présent en toutes choses...)
Organico: coro femminile, pianoforte, onde Martenot, percussioni, vibrafono, celesta, archi
Composizione: Parigi, 15 novembre 1943 - 15 marzo 1944
Prima esecuzione: Parigi, Salle de l'Ancien Conservatoire, 21 aprile 1945
Edizione: Durand & Cie, Parigi, 1952

Guida all'ascolto (nota 1)

Le Trois pelites liturgies de la Présence Divine furono composte nel 1945 e costituiscono, per così dire, una specie di «trittico» per coro femminile ed orchestra (alla quale vengono aggiunti il Vibrafono, le Onde Martenot, ed un gruppo piuttosto nutrito di strumenti di batteria d'origine orientale). Il primo pannello: Antienne de la Conversion intèrieure, s'inizia con un canto semplice e tenero, accompagnato da cinguettìi d'uccelli lontani, e s'inamplia fino ad un episodio di una scrittura nettamente contrappuntistica, d'una grande raffinatezza poliritmica e polimodale. Il pannello centrale: Séquence du Verbe-Cantique divin, è dedicato «à Dieu présent en lui meme et se chantant en Lui-mème sa gioire par son Fils, son Verbe», ed è una «sequenza», simile a quelle che cantavano i primi cristiani. Il coro ripete costantemente, la stessa frase, mentre l'orchestra vi trama attorno un'atmosfera di arabeschi sonori raffinatissimi. Pezzo d'un carattere essenzialmente melodico e vivo di movimento, che costituisce il punto culminante dell'opera. L'ultimo pannello: Psalmodie de l'Ubiquité par l'Amour è dedicato a «Dieu présent en toutes choses par son Ubiquité et son Immensité». Il coro salmodieggia, e l'orchestra accumula i diversi materiali sonori in una specie di valanga di suoni intrecciati, di movimenti d'accordi e di ritmi a ventaglio. Dopo l'inizio, un episodio più calmo e tenero, cui segue la ripresa dell'inizio, variata ed arricchita; e l'opera si conclude in un tono estatico con un richiamo dell'episodio centrale.

Domenico De' Paoli

Testo

I. — ANTIENNE DE LA CONVERSATION INTERIEURE
(Dieu présent en nous...)

Mon Jésus, mon silence,
Restez en moi.
Mon Jésus, mon royaume de silence
Parlez en moi.
Mon Jésus, nuit d'arc-en-ciel et de silence,
Priez en moi.
Soleil de sang, d'oiseaux,
Mon arc-en-ciel d'amour.
Désert d'amour,
Chantez, lancez l'auréole d'amour,
Mon Amour.
Mon Amour.
Mon Dieu.

Ce oui qui chante comme un eeho de lumière,
Mélodie rouge et mauve en louange du Père,
D'un baiser votre, main dépasse le tableau,
Paysage divin, renverse-toi dans l'eau.
Louange de la Gloire à mes ailes de terre,
Mon Dimanche, ma Pais, mon Toujours de lumière,
Que le ciel parle en moi, rire, ange nouveau,
Ne me réveillez pas: c'est le temps de. l'oiseau!

Mon Jésus, ecc.

II. — SEQUENCE DU VERBE, CANTIQUE DIVIN
(Dieu présent en toutes choses...)

Il est parti le Bien Aimé,
C'est pour nous!
Il est monté, le Bien Aimé,
C'est pour nous!
Il a prié, le Bien Aimé,
C'est pour nous,
Pour nous !

Il a parlé, il a chanté,
Le Verbe était en Dieu !
Louange du Père,
Substance du Père,
Empreinte et rejaillissement toujours,
Dans l'Amour,
Verbe d'Amour!

Il est parti, ecc.

Par lui le Père dit: c'est moi,
Parole de mon sein!
Par lui le Père dit: c'est moi,
Le Verbe est dans mon sein!
Le Verbe est la louange,
Modèle en bleu pour anges,
Trompette bleue qui prolonge le jour,
Par Amour,
Chant de l'Amour!
 
Il est parti le Bien Aimé, ecc

Il était riche et bienheureux
Il a donné son ciel!
Il était riche et bienheureux
Pour compléter son ciel!
Le Fils c'est la Présence,
L'Esprit c'est la Présence!
Les adoptés dans la grâce toujours.
Pour l'Amour,
Enfants d'Amour!

I! est parti le bien Aimé, ecc.

Il a parlé, il a chanté, ecc.

Il est parti, ecc.

Il est vivant, il est présent,
et Lui se dit en Lui!
Il est vivant, il est présent,
Et Lui se voit en Lui '
Présent au sang de l'âme
Etoile aspirant l'âme,
Présent partout, miroir ailé des jours,
Par Amour,

Il est parti, ecc.

III. — PSALMODIE DE L'UBIQUITE PAR AMOUR
(Dieu prissent eu toutes choses...)

Tout entier en tous lieux,
Tout, entier en chaque lieu,
Donnant l'être à chaque lieu,
A tout ce qui occupe un lieu, ...
Le successif vous est simultané,
Dans ces espaces et ces temps que vous avez créés,
Satellites de votre Douceur.
Posez-vous comme un sceau sur mon coeur.

Temps de l'homme et de la planète,
Temps de la montagne et de l'insecte
Bouquet de rire pour le merle et l'alouette,
Eventail de lune au fuschia,
A la balsamine, au bégonia;
De la profondeur une ride surgit,
La montagne saute comme une brebis
Et devient un grand océan.
Présent, vous êtes présent.
Imprimez votre nom dans mon sang,
Dans le mouvement d'Arcturus, présent,
Dans l'arc-en-cie! d'une aile après l'autre
(Echarpe aveugle autour de Saturne),
Dans la race cachée de mes cellules, préesnt,
Dans le sang qui répare ses rives,
Dans vos Saints par la grâce, présent,
(Interprétations de Votre Verbe,
Pierres précieuses au mur de !a Fraîcheur)
Posezvous comme un sceau sur mon coeur.
Un coeur pur est votre repos,
Lis en arc-en-ciel du troupeau,
Vous vous cachez sous vostre Hostie,
Frère silencieux dans la Pleur-Eucharistie.
Pour que je demeure en vous comme une aile dans le soleil,
Vers la résurrection du dernier jour.
Il est plus fort que la mort, votre Amour.
Mettez votre caresse tout au tour.

Violet jaune, vision,
Orangé bleu, force et joie,
Flèche azur, agilité,
Donnez-moi le rouge et le vert de votre amour,
Feuille-flamme or, clarté,
Pins de langage, plus de mots,
Plus de prophètes ni de science
(C'est l'Amen de l'espérance
Silence mélodieux de l'Eternité).

Mais la robe lavée dans le sang de l'Agneau,
Mais la pierre de neige avec un nom nouveau,
Les éventails, la cloche et l'ordre de clartés.
Et l'échelle en arc-en-ciel de la Vérité,
Mais la porte qui parle et le soleil qui s'ouvre,
L'auréole tête de rechange qui délivre,
Et l'encre d'or ineffaçable sur le livre;
Mais le face à face et l'Amour.

Vous qui parlez en nous,
Vous qui vous taisez en nous
Et gardez le silence dans votre Amour, 
Vous êtes près,
Vous êtes loin,
Vous êtes la lumière et les ténèbres,
Vous êtes si compliqué et si simple,
Vous êtes infiniment simple.
L'arc-en-ciel de l'Amour, c'est vous,
L'unique oiseau de l'Eternité. c'est vous!
Elles s'alignent lentement, les cloches de la profondeur,
Posez-vous comme un sceau sur mon coeur.

Tout entier, ecc.

Temps de l'homme, ecc.

Violet jaune, ecc.

Mais la robe, ecc.

Vous qui parlez en nous,
Vous qui taisez en nous,
Et gardez le silence dans votre Amour,
Enfoncez votre image dans la durée de mes jours.


(1) Testo tratto dal programma di sala del Concerto dell'Accademia di Santa Cecilia.
Roma, Teatro Argentina, 12 aprile 1953

I testi riportati in questa pagina sono tratti, prevalentemente, da programmi di sala di concerti e sono di proprietà delle Istituzioni o degli Editori riportati in calce alle note.
Ogni successiva diffusione può essere fatta solo previa autorizzazione da richiedere direttamente agli aventi diritto.

Ultimo aggiornamento 15 settembre 2017
html validator  css validator


Questo testo è stato prelevato sul sito http://www.flaminioonline.it. ed è utilizzabile esclusivamente per fini di consultazione e di studio.
Le guide all'ascolto sono di proprietà delle Istituzioni o degli Editori riportati in calce alle note e quindi ogni successiva diffusione può essere fatta solo previa autorizzazione da richiedere direttamente agli aventi diritto.